Galerie

Coupure du ruban
Cérémonie d'ouverture FASKO 2014
Site Maraîche de Kambo CLCOP de Kadiolo
Site Maraîche de Kambo CLCOP de Kadiolo
Site Maraîche de Kambo CLCOP de Kadiolo
8 Mars 2015
Célébration de la Journée Intenationale des Femmes à Gladiè Par AOPPR de Sikasso
Formation en Adobe Premiere Pro SC4
Bourse des Semenses 2015
Formation des membres des commissions foncières sur le fonctionnement des COFO à Yanfolila
Formation des membres des commissions foncières sur le fonctionnement des COFO à Yanfolila (Rapport de la dite Formation se trouve dans le Document Menu Infos Agri Mali)
Stand des transformatrices membres du CRCR à la FASKO 2014
Bourse édition 2015
Visite des stands

Programme Sécurite Alimentaire

Programme de Sécurité Alimentaire  et de Gestion des Ressources Naturelles

Introduction 

Il s’agit pour le CRCR à travers ce programme de (Programme Sécurité Alimentaire) prestation d’aider ses membres à améliorer leur système de production, leur mode de gestion des stocks et la commercialisation des excédents. Les exploitations familiales ont exprimé leurs besoins de diversification comme une réponse à la crise cotonnière.

 Objectifs principaux du programme :

1)    Les productions alimentaires sont suffisantes pour les exploitations familiales ;

2)    Les revenus sont augmentés dans les exploitations familiales ;

Principaux résultats contribuant de manière décisive à la sécurité alimentaire dans les familles paysannes :

1-    Les productions sont accrues par des efforts d’amélioration de la fertilité des terres cultivées ;

2-    Les équipements et les intrants sont accessibles aux exploitations familiales ;

3-    L’alimentation des élevages des exploitations familiales est améliorée par une organisation des productions fourragère et l’approvisionnement groupé ;

4-    La commercialisation des excédents de produits agricoles est assurée et augmente les revenus des exploitations ;

5-    Certains produits des exploitations familiales sont transformés et/ou commercialisés.

Les priorités de prestation définies par les membres du CRCR pour améliorer la sécurité alimentaire et la gestion des ressources des exploitations familiales :

1)    Production des cultures sèches ou pluviales (maïs, sorgho, mil, niébé, tubercule, piment)

2)    Commercialisation groupée des produits agricoles des exploitations familiales

3)    Promotion des élevages dans les exploitations familiales (bovins, petits ruminants, volaille)

4)    Productions maraîchères des exploitations familiales (cultures de contre-saison), leur transformation et commercialisation.

5)    Gestion des ressources naturelles.

1       Analyse du contexte

1.1       Sécurité Alimentaire de la région de Sikasso

Pour les membres du CRCR, la sécurité alimentaire est de « produire et remplir suffisamment nos greniers ou magasins et vendre les excédents pour résoudre nos problèmes financiers. Leur vision est d’avoir le ventre plein avant de penser à la commercialisation.

En se référant d’une manière générale sur les données du Système Alerte Précoce (SAP) de Sikasso, la région de Sikasso est considérée comme une région auto suffisante sur le plan alimentaire :

ü Bilan céréalier 2007 – 2008

-          Besoins alimentaires en tonnes à la norme  de 214 Kg/hbt/an: 494 181

-          Total production disponible : 786 062

-          Excédent en tonnes : 291 881

ü Bilan céréalier 2008  -  2009

-          Besoins alimentaires en tonnes à la norme  de 214 Kg/hbt/an: 507 622

-          Total production disponible : 956 100

-          Excédent en tonnes : 448 478

Les chiffres démontrent que la région de Sikasso a fait des excédents de productions céréalières sur les deux dernières années. Malgré ces données du SAP les exploitations familiales n’arrivent pas à subvenir à leur besoin alimentaire pendant toute l’année pour vivre dignement et surtout couvrir leurs besoins financiers pour un meilleur accès aux services. Avec la crise cotonnière les exploitations ont eu des difficultés d’accès aux intrants agricoles, et certains continuent de brader leurs céréales.

1.2       Sur le plan socio-économique

L’économie de la région repose essentiellement sur l’agriculture, l’élevage et la sylviculture.

L’année 2008 a été caractérisée par la flambée des prix des hydrocarbures sur le marché mondial qui s’est traduit par l’augmentation des prix des intrants agricoles. Cela a eu comme conséquence sur la campagne agricole 2008-2009 le retard dans l’acquisition des intrants et aussi un problème de leur accessibilité lié à la hausse des prix.

Ainsi, la campagne agricole 2008/2009 a été caractérisée par une réduction de la production cotonnière (principale culture de rente) ; la Région CMDT de Sikasso pour la même campagne a fait une production de 35% des prévisions. Cela a amené une augmentation des superficies cultivées en céréales. Mais cette augmentation des superficies allouées aux cultures sèches ne s’est pas traduite par une augmentation de leurs productions. En effet, la plupart des exploitants agricoles n’ont pas pu accéder à hauteur de souhait aux intrants agricoles.

La production des céréales (mil, sorgho, maïs, fonio, riz) a été d’environ 1.109.000 tonnes contre une prévision de 1.326.400 tonnes tandis que la production de l’année précédente était de 1.140.400 tonnes. La région est excédentaire d’environ 435 773 tonnes (rapport annuel DRA-Sikasso déc. 2008).

Un des impacts de ces déficits par rapport à l’année précédente (faible production de coton et de céréales) est la diminution des revenus de la population. Cette situation va obliger la plupart des exploitations à vendre leurs productions céréalières pour des besoins monétaires. Ce qui pourrait exposer la population à une éventuelle crise alimentaire.

1.3        Sur plan environnemental

La région de Sikasso jouit d’un climat tropical subhumide. Successions de paysages de savanes arborées et de parcs agro-forestiers, c’est une des principales zones agricoles du pays.

La baisse progressive des rendements et l’augmentation concomitante des surfaces emblavées ont conduit à de graves problèmes environnementaux (baisse de fertilité, déséquilibre hydrologique, diminution de la biodiversité). Toutefois, face à cette dégradation progressive de leur situation, et notamment dans les zones les plus touchées, les organisations paysannes, se sont développées et s’organisent pour mettre en œuvre des solutions alternatives (conventions locales sur la gestion des ressources communes, promotion de nouvelles filières agricoles).

Les troupeaux, de plus en plus nombreux, utilisent les terres des bas-fonds comme pâturage

et points d'abreuvement.

L’arboriculture fruitière est pratiquée ;  elle constitue aussi  une activité importante.

1.4       Sur le plan partenariat 

- Le partenariat avec la coopération suisse a été marqué en fin 2008 et début 2009 par l’appui méthodologique dans l’élaboration du document de programme sur la sécurité alimentaire et la gestion des ressources naturelles. Ce document pour sa mise en œuvre sera l’objet de la signature de convention de financement entre l’organe dirigeant du CRCR et le bureau de la coopération suisse au Mali.

- L’institut International pour la Communication et le Développement (IICD) au Pays bas, un partenaire du CRCR a renforcé le CRCR à travers  le projet de communication dénommé « Jèkafo Gèlèkan » qui veut dire : « ensemble sous l’arbre à palabre » de 2006 à 2008.

- Le CRCR et ses démembrements sont aussi renforcés par AGRITERA à travers différents matériels informatiques pour 2009.

1       Le Genre et la Gouvernance :

Le Comité Régional de Concertation des Ruraux est une organisation paysanne créée en 1996 dont l’objectif principal est de représenter et de défendre les intérêts des producteurs et productrices de la région de Sikasso par la prise en compte de leurs préoccupations dans les politiques de développement rural dans la région, au Mali et au niveau international.

Aujourd’hui, le CRCR regroupe environs 245 organisations de base dont environs 115 fémininesà travers les sept cercles de la région de Sikasso. Le CRCR a mis en œuvre un projet d’information et de communication appelé Jèkafo Gèlèkan (parlons ensemble sous l’arbre à palabre), 80 femmes ont été initiés en informatique à travers ce projet.

Les femmes occupent des postes de responsabilité dans le bureau du CRCR aussi bien qu’au niveau des bureaux CLCOP.

Au niveau de chaque bureau des CLCOPs, au moins une femme assure la permanence.

Le renouvellement des membres du bureau se fait par élection.

Présentement nous sommes à la phase III.

STRATEGIE  PARTENARIAT  LOCAL

A) ROLE DU CRCR : 

Se concentrer sur des fonctions de :

-          Plaidoyer

-          Diffusion et échanges inter paysans

-          Capitalisation

B) ROLE DES CLCOP :

Se concentrer sur des activités de :

-            Recherche action et démonstrations

-            Suivi Opérations techniques dans les exploitations

-            Productions agricoles et animales

-            Dialogue local (plaidoyer)

-          Mobilisation des bases

C) ROLE DES OP DE BASE

-          Volet cultures sèches : le CRCR travaille avec les OP céréales, coton etc.

-          Volet maraîchage : le CRCR responsabilise les OP de maraîchage

-          Volet élevage : le CRCR responsabilise les OP bétail viande

 

 


 

 

 

Journée d’échange CRCR

PARTENAIRES

 

  • HELVETAS Swiss Intercooperation
  • IICD / C4C
  • AGRITERRA
  • AOPP
  • CNOP
  • APCAM
  • DDC
  • ICCO
  • Text to change
  • OMAES 
  • CRA 
  • Terra Nuova 
  • Sènè Kunafoni Bulon
  • SNV
  • IRPAD
  • Agri-Hub
  • Agri-profocus 
  • Conseil Régionale 
  • Conseils de Cercle 

HAUT

Copyright © 2013. All Rights Reserved.